English
LGGE

Accueil du site > Recherche > Les 5 équipes de recherche > Chimie Atmosphérique, Neige et Glace (CHANG)




Rechercher

OSUG - Terre Univers Environnement OSUG

Chimie Atmosphérique, Neige et Glace (CHANG)

Equipe coordonnée par M. Legrand et J. Savarino

Objectifs généraux de l’équipe

Chimie troposphérique polaire

Les études de chimie de l’atmosphère que nous menons en régions polaires visent à comprendre le rôle joué par les surfaces glacées (manteau neigeux continental et glace de mer) sur la capacité oxydante inhabituelle rencontrée dans la basse atmosphère de ces régions et son impact sur les cycles biogéochimiques que nous étudions par ailleurs. Ces études se font avec une approche intégrée allant des mécanismes physico-chimiques régulant l’aptitude des surfaces glacées à générer des oxydants jusqu’aux conséquences sur le cycle du soufre, de l’azote, des composés organiques, et du mercure, en passant par l’établissement du bilan des différents oxydants. Cette approche intégrée associe souvent mesures de terrain en Arctique (OASIS) et en Antarctique (IPEV), études en laboratoire et simulations numériques. Ces études aident à l’interprétation des profils de concentrations dans les carottes de glace. Elles sont également importantes pour les services d’observations atmosphériques comme celui qui documente le cycle du soufre et sa réponse via le phytoplancton de l’océan antarctique au changement climatique global (CESOA) ou encore le futur observatoire Arctique où les bouleversements du changement climatique sont actuellement les plus visibles. Enfin l’activité des microbes dans la neige est explorée car ayant des conséquences importantes sur le cycle de certaines espèces comme les composés azotés ou encore des contaminants toxiques comme le mercure.

Chimie de la troposphère libre non polaire

Nos études sur les sources et les processus d’évolution des espèces chimiques qui contrôlent la composition chimique de l’atmosphère s’appuient d’une part sur le suivi continu de variables atmosphériques en sites d’altitude représentatifs de l’atmosphère à grande échelle non perturbées par des effets locaux comme le site de l’observatoire Vallot (4360 m) dans les Alpes ou la station Pyramid (5100 m) au Népal (PYRAMID), et d’autre part sur l’étude de l’atmosphère passée à partir des archives glaciaires des glaciers froids des régions non polaires (Alpes, Andes, etc.). Notre priorité est ici l’étude des aérosols, en particulier de leur fraction organique qui reste de loin la plus mal connue tant en terme de source (naturelle/anthropique) que de mécanismes de formation à partir de précurseurs gazeux. En appui à ces études à l’échelle globale, nos efforts portent également sur des actions à des échelles plus régionales, en particulier dans l’atmosphère des villes ou des vallées alpines (MEGAPOLI, FORMES, PARTICUL’AIR). Pour ces dernières zones, la densité de population atteint souvent celle des grandes agglomérations et la topographie particulière exacerbe la dégradation de la qualité de l’air.

Composition de l’équipe

L’équipe "CHANG" est constituée de 15 chercheurs, enseignants-chercheurs et ingénieurs permanents et d’un nombre naturellement très fluctuant de doctorants, post-doctorants, visiteurs etc.

Lire la suite

Pour en savoir plus

Quelques liens utiles, notamment vers des pages de projets de l’équipe

Lire la suite

Sous-rubriques :

Sous la tutelle de :

Sous la tutelle de :

tutellesCNRSUniversité Joseph Fourier